Bienvenue dans la cour de récréation des Berrichonnes pas ronchonnes !

 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  Contacter l'AdministratriceContacter l'Administratrice  

Partagez | 
 

 OTSUKA Julie "Certaines n'avaient pas vu la mer"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SOLANGE
Grande tarabateuse
Grande tarabateuse



MessageSujet: OTSUKA Julie "Certaines n'avaient pas vu la mer"   Jeu 20 Déc 2012 - 12:42

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Julie OTSUKA

Certaines n’avaient jamais vus la mer

Résumé de l’éditeur :

L’écriture de Julie OTSUKA est puissante, poétique, incantatoire. Les voix sont nombreuses et passionnées. La musique sublime, entêtante et douloureuse. Les visages, les voix, les images, les vies que l’auteur décrit sont ceux des ces japonaises qui ont quitté leur pays au début du XXème siècle pour épouser aux Etats-Unis un homme qu’elles n’ont pas choisi.

C’est après une éprouvante traversée de l’océan Pacifique qu’elles rencontrent pour la première fis celui pour lequel elles ont tout abandonné. Celui dont elles ont tant rêvé. Celui qui va tant les décevoir.

A la façon d’un chœur antique, leurs voix se lèvent et racontent leur misérable vie d’exilées….leur nuit de noces, souvent brutale, leurs rudes journées de travail, leur combat pour apprivoiser une langue inconnue l’humiliation venue des blancs, le rejet de leur progéniture, de leur patrimoine et de leur histoire….Une véritable clameur jusqu’au silence de la guerre. Et l’oubli.


Mon résumé :


En 1919, un bateau quitte le japon avec à son bord plusieurs dizaines de très jeunes femmes venues de tout horizon, ville, campagne, montagne et promisent à des compatriotes exilés aux Etats-Unis. Pendant toute la traversée lorsqu’elles n’étaient pas malades leur préoccupation première était d'imaginer leur avenir dans ce pays inconnu auprès de celui dont elles ont rêvé et pour lequel elles ont tout abandonné !

Très vite dès la descente du navire les déceptions vont s’enchainer, nuits de noces souvent brutales, de longues et rudes journées de travail dans les champs, la naissance des enfants sans aide médicale, l’humiliation des gens du pays malgré les efforts faits pour apprendre la langue. La plupart ne s’intégreront jamais alors que leurs enfants réclameront une vie différente et voudront oublier les coutumes des anciens.

Et quand enfin elles auraient pu être récompensées de leurs efforts, la guerre fait que « "Du jour au lendemain, nos voisins se sont mis à nous regarder différemment. Peut-être était-ce la petite fille un peu plus loin sur la route qui ne nous faisait plus signe depuis la fenêtre de la ferme. Ou ce vieux client qui soudain disparaissait de notre restaurant, de notre boutique."

L’exode est arrivé elles ont été refoulées avec leur famille à l’intérieur du pays, une fois de plus c’est la fuite pour recommencer une vie.

La ville a du mal à se remettre de ce vide, mais les jours passent et c’est l’oubli avec les nouveaux arrivants qui prennent la place et les activités des refoulées.

Un beau roman que j'ai apprécié. La forme du récit est originale, l’auteur ne raconte pas la vie d’une ou plusieurs héroïnes mais celle de tout un peuple de femmes, bafouées, humiliées et abandonnées par le pays qui devaient les accueillir. Pour cela elle utilise le « nous » en parlant de ces travailleuses,
les énumérations, m'entrainaient à lire la suite, j'ai aimé ce style.

Revenir en haut Aller en bas
Fadette
Administratrice



MessageSujet: Re: OTSUKA Julie "Certaines n'avaient pas vu la mer"   Jeu 20 Déc 2012 - 21:40

merci SOLANGE, je le lirai certainement !
Revenir en haut Aller en bas
Fadette
Administratrice



MessageSujet: Re: OTSUKA Julie "Certaines n'avaient pas vu la mer"   Mer 23 Avr 2014 - 10:02

Lu enfin.  Very Happy 

J'ai trouvé en effet le style original et assez beau, créant un rythme très particulier.

Par contre, j'ai été moins charmée par l'histoire. Le sort de ces jeunes Japonaises est en soi désolant, mais de les voir si passives tout le long du roman en fait une lecture assez déprimante.  silent
Je préfère de loin ce qu'écrit Kim THUY, avec sa volonté de se prendre en charge en arrivant sur le continent américain.
Revenir en haut Aller en bas
SOLANGE
Grande tarabateuse
Grande tarabateuse



MessageSujet: Re: OTSUKA Julie "Certaines n'avaient pas vu la mer"   Jeu 29 Mai 2014 - 9:06

FADETTE a écrit :

Citation :
ar contre, j'ai été moins charmée par l'histoire. Le sort de ces jeunes Japonaises est en soi désolant, mais de les voir si passives tout le long du roman en fait une lecture assez déprimante.
Je préfère de loin ce qu'écrit Kim THUY, avec sa volonté de se prendre en charge en arrivant sur le continent américain.

Effectivement ces deux écrits sont opposés, mais je pense que le vécu dans leur pays d'origine l'était tout autant.  Les femmes du roman de OTSUKA  venaient de la campagne pour une union non désirée, elles n'avaient pas l'éducation et les moyens de la famille de THUY.

Mais cela excuse-t-il la passivité ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: OTSUKA Julie "Certaines n'avaient pas vu la mer"   Aujourd'hui à 12:52

Revenir en haut Aller en bas
 
OTSUKA Julie "Certaines n'avaient pas vu la mer"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Femmes en Berry :: NOS TALENTS, NOS PASSE-TEMPS ::  Nos lectures :: romans divers-
Sauter vers: